L’ascension du Mont Fuji : une aventure !

Mont fuji, levé de soleil, Japon

Le Mont Fuji, situé au Sud-Ouest de Tokyo, est la plus grande montagne du Japon, un stratovolcan culminant à 3776mètres.

C’est aussi la plus sacrée : toutes les ascensions de l’époque étaient d’ordre spirituel ou religieux.

 

« Celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le fait deux fois est un fou. »

– proverbe japonais

C’est également un symbole au Japon, représenté dans de nombreuses œuvres d’art.
Le 22 juin 2013, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO sous l’appellation : « Fujisan, lieu sacré et source d’inspiration artistique ». (Il devient également payant, d’une donation de 1 000yens).

Mais le Mont-Fuji reste un volcan actif qui peut toujours entrer en éruption.

 

  • Informations pratiques :

Tout d’abord, il faut savoir que la montée du Mont Fuji est une vraie randonnée ! Pas la petite balade en montagne.
On est presque tout le temps en train de monter à 4 pattes, (on n’escalade pas mais quand même !). Et ça dure longtemps, environ 6 heures pour monter et 3-4h pour descendre.
Il faut donc pas mal de matériel, surtout si vous voulez le gravir de nuit (ce que je recommande totalement) ! Mon article pour être bien équipé.

  • Quand y aller ? :

Le Mont Fuji ne s’escalade que durant la période estivale : du 1er juillet au 14 septembre pour le sentier principal Yoshida, et du 10 juillet au 10 septembre pour les autres (Subashiri, Gotemba, Fujinomiya et Ohachi-Meguri).
Ne vous aventurez pas durant les autres saisons, les conditions météorologique et les conditions tel que la sécurité sur place ne le permettent pas.

Eviter évidemment le week-end, vacances…etc. Il y a énormément de monde qui monte le Mont fuji
Eviter aussi le mauvais temps, et le mieux est d’avoir un ciel dégagé (pour bien profiter de la vue et du lever de soleil).

  • Comment y aller ? :

J’ai cherché toutes les façons possibles d’y accéder pour payer le moins cher possible mais… il n’y en a pas :
Le mieux, rapide, pratique est de prendre le bus depuis Shinjuku à Tokyo :
Il faut prendre la sortie Ouest pour les guichets Keio, juste en face de la gare JR : Facile à trouver !
C’est Fujikyu Higway Bus, pour 2700yen un aller, donc 5400yen l’aller-retour (si je me rappelle bien) : environ 38 euros.
Il vous amène en 2h30 environ à la 5ème station du Mont Fuji, où l’aventure commence.
Il faut réserver le bus à l’avance, mais rien de plus simple : Lors de votre passage à Shinjuku (à visiter à Tokyo!), passez aux guichets Keio pour réserver et payer. Rapide, pratique.
Sinon, toutes les informations sont ici :
http://highway-buses.jp/fuji/

  • Que faire ? :

Je conseille vraiment d’escalader le Mont Fuji de nuit, d’admirer le lever de soleil d’en haut et de redescendre par la suite.
De jour, c’est juste une montagne qu’on monte. Rien de très impressionnant à voir, ni beau.
Alors que la nuit, cela devient magique. On ne voit rien sauf ce qu’éclaire notre lampe torche et les stations  (ce qui nous motive et nous dit un peu combien de temps il nous reste à marcher). Quand on se retourne ou fait une pause, on voit la magnifique ville et les étoiles éclairées. Bref monter le Mont-fuji la nuit, c’est le mieux.
Mais il faut arriver tout en haut pour voir le lever du soleil ! Moment magique, il restera gravé dans votre esprit.
Ensuite vous pourrez vous balader en haut et admirer le cratère, pour finalement redescendre par la descente « rapide », en ayant l’impression de courir (ou glisser) vers le ciel et le magnifique paysage qui s’offre à vous tout le long.

 

Notre Aventure :

Levé de soleil depuis le Mont-Fuji

On s’est donc rendu à Shinjuku, un peu trop à l’avance, pour notre bus qui était à 17h50.
(Vous pouvez le prendre plus tard, moi j’aime bien prévoir plus large, on ne sait jamais si on monte tranquillement).
On a donc fait le plein d’eau, et on a attendu a une salle d’attente au frais sous le bâtiment où on réserve les billets, jusqu’à l’heure (wifi, écran qui indique l’arrivée des bus, nourriture…etc).

 

L’ascension :

Notre bus enfin là, on le prend pour 2h30 environ de trajet. La nuit commence à recouvrir le ciel, on a hâte.
On arrive finalement à 20h10 ! Et un peu perdue, on demande et suit les personnes pour commencer notre ascension !

Bus pour la 5ème station du Mont Fuji
Bus pour la 5ème station du Mont Fuji

 

Le début est plutôt normal, on passe par des bois, on monte surtout beaucoup de marches, irrégulièrement et c’est ce qui était le plus désagréable et fatiguant j’ai trouvé. Surtout pour les jambes.
Le fait de monter la nuit et de ne voir qu’avec notre lampe-torche rend la randonnée vraiment magique, avec une ambiance spéciale, dans l’obscurité, les bois…etc.
Tout autour de nous reste inconnu, et ce n’est qu’au retour qu’on a pu redécouvrir différemment ce qu’on avait vécu à ce moment-là. Vraiment, monter le Mont Fuji de nuit c’est magique !

monter le mont-fuji de nuit

Première petite pause pour un passage aux toilettes, dès le début (oui bon après des heures de bus !).
Les toilettes japonaises sont réputées pour être très propres…etc. Celles du Mont Fuji sont pourtant, les pires que j’ai vus de toute ma vie ! Normal peut être étant donnée leur placement mais tout de même …Toute l’eau à l’intérieur est noire/marron jusqu’en haut, l’odeur est atroce, et elles sont payantes, et chères ! Il n’y a pas d’eau pour se laver les mains ni rien. Bref horrible. Heureusement les premières toilettes que j’ai faites n’étaient pas payantes, du moins je crois…. Mais au retour j’ai dû payer pour rentrer dans les toilettes de l’enfer
Bref durant cette pause on rencontre des japonais qui se prennent en photo avec nous, des jeunes supers sympas et qui crieront « japanese ninja » quand on se croisera, plusieurs fois durant l’ascension. Yeah !

Photo de eux (qui ne nous met pas vraiment en valeur). Lors de cette pause
Photo de eux (qui ne nous met pas vraiment en valeur). Lors de cette pause

On continue notre chemin, puis d’un coup la montée est plus raide et on se retrouve à monter à 4 pâtes ! Moins fatigant finalement vu que tout le corps travaille !
Mais ça sera comme ça tout le long de l’ascension. C’est de gros rochers à escalader, enjamber quand on le peut, qui sont assez dangereux si on ne fait pas attention.
En tout cas c’était beaucoup plus sympa de monter à 4 pattes plutôt que monter avec des petits bâtons comme les….groupes de touristes.

Les groupes de touristes, L’HORREUR !
Et dire qu’on a failli en faire partie (la mère de mon copain voulait absolument nous inscrire dans un truc comme ça). C’est donc des groupes de touristes, super nombreux qui ont un guide, et qui avancent ….très très très lentement. Et j’ai pu, lorsque l’on était coincés derrière eux, comprendre pourquoi ils étaient si lents. En fait pour monter un rocher, c’est tout une histoire : Le guide leur dit où poser le bâton, où poser le pied, où ne pas le mettre…etc. Et tous, chacun leur tour grimpent le rocher, et c’est reparti pour l’autre…
Mon dieu ! Et ils sont difficiles à doubler étant donné qu’ils sont très nombreux et que parfois le chemin à prendre pour monter n’est pas large (impossible de les contourner).
Du coup avec ces groupes de touristes c’était un peu n’importe quoi ahah. Lors de nos pauses, quand on les voyait arriver on devait vite repartir, pour ne pas avoir à les redoubler une autre fois. En plus ça les énerve ! Nous on passait à toute vitesse à côté (parfois derrière la corde, hors du sentier je l’avoue, en suivant un Français d’ailleurs. Bon on l’a fait qu’une fois, et il faut faire très attention !), mais sinon c’était impossible de monter avec eux devant, et en plus ils nous disaient : « abunai, abunai ! » (Dangereux, dangereux) si on passait à côté.

En parlant de Français, le Mont-Fuji est l’endroit où on en a croisé le plus !
A croire que l’ascension nous motive ! Bon il y avait énormément de touriste en général, mais c’est vrai que les français étaient très nombreux.
On a également sympathisé lors de notre deuxième pause (à manger les onigiris préparés par Ba-chan) avec un monsieur et sa petite fille, super sympa, qui étaient dans notre bus. On s’est recroisé au sommet et lors de la descente.

Dans la nuit, on regarde au-dessus de nos têtes pour voir les stations éclairées, qui marquent notre avancé, nos pauses, et qui peuvent nous encourager ou nous décourager ahah. Non finalement, dans l’ascension du Mont-Fuji c’est uniquement le dernier ou les 2 derniers kilomètres qui nous ont parus les plus durs !
Avant ça allait, mais c’est vrai qu’à la fin, on a fait plus de pauses, et on voulait vite être en haut. Heureusement moi et mon chéri on s’aidait (non pas que lui !), on se tenait main dans la main et on montait les rochers en se tirant et en se soutenant ! On le faisait de temps en temps en général durant l’ascension quand c’était plus dur : Tiens un avantage de voyager en couple ! ahah

ville de nuit depuis le mont fuji
ville de nuit depuis le Mont fuji

Finalement on s’est pressé mais on n’aurait pas dû. Beaucoup de japonais faisaient des pauses avant d’être au sommet, et s’arrêtaient sur des rochers pour contempler les lumières de la ville la nuit. Vraiment c’était magnifique ! Je n’ai pas pu le prendre correctement en photo, mais c’était tellement beau : Les étoiles, la ville éclairée…etc.
Bref nous on n’a pas vraiment pris le temps de s’arrêter, pressé d’arriver en haut avant le lever de soleil…

 

Arrivé au sommet :

On passe enfin le Torii qui annonce l’arrivée !

Tori Mont Fuji

De nombreuses pièces porte-bonheur sont mises dedans, on se prend en photo et on en met une aussi.

Là et un petit peu avant, on sent qu’on ne respire plus aussi bien que d’habitude. Ça ne me choque pas vraiment vu que je suis asthmatique et que là c’est vraiment légé. Mais on sent que ça fait quelque chose et que ce n’est pas comme d’habitude. (Mais bon ça ne nécessite pas la bouteille à oxygène…).

Finalement, on est arrivé en haut à 2h30 : On est monté en 6heures et quelques.

On se pose tout devant devant, pour avoir la plus belle vue possible, on a même les jambes qui pendent dans le vide mais là…c’est l’horreur.
Il fait tellement froid et il y a tellement de vent !
On essaye pendant une heure de se faire des coupes vent, j’avais amené deux petites couvertures mais j’en ai mis une en écharpe tellement j’avais froid au cou. Bref on commence à avoir les lèvres violettes et tout ahah. On fuiiit.
Tant pis la place, même si on a souffert une heure pour rien, on va vite se réchauffer dans le petit restaurant qui sert des ramens tout chaud ! On en prend 2.
Moi je ne me sens pas super bien du coup Dayshi mange les deux.
On reste ici que 20-30 minutes étant donné qu’on y est allé à 3h30 et que le soleil commence à se lever à 4h.
On est à côté de jeunes Français qui ont monté en quelques heures et qu’on avait vu nous doubler en quelques secondes d’ailleurs ! Ils étaient super rapides ! Ils nous racontent un peu ce qu’ils ont fait au Japon, et nous conseillent fortement de goûter aux sushis du marché de Tsukiji… trop tard :’( .

Finalement le ciel commence à s’éclaircir un petit peu alors on sort, mais on est tellement toujours gelé qu’on ne va même pas devant et qu’on reste à se chauffer à un petit feu qu’un monsieur du Mont Fuji fait à l’extérieur. Un nouveau français nous rejoint et on papote un peu. On regarde de là mais on ne voit vraiment pas grand-chose, on se décide donc à quitter le feu pour aller voir notre fameux lever de soleil

Contemplation :

Et là wouah. C’est vraiment magnifique… Le soleil n’est pas encore levé mais les premières éclaircies nous dévoilent petit à petit le paysage. Je fais que prendre des photos ! Qui ne sont pas de très bonne qualité, pas assez de lumière.
A gauche on voit les montagnes, avec des villes et un petit pont au milieu d’un lac.
Au centre, un lac entouré de montagnes, avec quelques nuages au-dessus de lui.
Et à droite, la mer ( ?) Superbe également…

commencé levé de soleil mont fuji

On en a pleins les yeux mais on a vraiment super froid ! Et le soleil n’en finit pas de se lever ahah
Je n’ai jamais autant souhaité que le soleil se lève ! Et ça a vraiment duré longtemps vu que les éclaircis ont commencé à 4h, et que le soleil c’est vraiment levé à 5h et plus.

Finalement il commence à montrer le bout de son nez, on est tous excité et impatient. Je suis vraiment contente, c’est magnifique !
Le soleil se lève totalement, et on entend crier « BANZAI » tout autour de nous !
On se met à dire pareil, heureux de vivre ça.

On retrouve nos amis français (le papa et sa fille), qui eux sont bien couverts et vont très bien ! Ahah.
Pareil avec nos amis Japonais, on s’échange nos coordonnées et on prend quelques photos, près du poteau du sommet du Mont-Fuji. Fiers ! 😀

Sommet du mont fuji
Leur photo, au sommet du mont Fuji

 

On se laisse car après, il reste à aller voir le cratère !

cratère du mont Fuji

Il est 5h30
Bon je l’avoue on y est allé très rapidement, même pas jusqu’au bout, on en pouvait plus du froid.
En plus de ça, Dayshi (mon chéri) ne va pas très bien, lui la hauteur lui a donné un mal de crâne terrible. On se pose quelque temps à l’intérieur du restaurant de ramen et heureusement j’ai prévu les dolipranes !

 

La descente :

Vue depuis le sommet du Mont-Fuji
Vue depuis le Mont-Fuji

On se décide finalement à descendre, il est 6h.
Petit problème, on ne trouve pas tout de suite l’endroit pour descendre. J’avais entendu parler d’une descente plus rapide et faites exprès. Mais elle est simplement près du Torii de l’autre côté.

Finalement, la descente était pire que la montée ! Décidément ce Mont Fuji.
En fait à première vue et au début c’était super. Moi j’étais vraiment contente je faisais que faire des photos. C’était magnifique, on avait l’impression de descendre dans les nuages, avec les paysages impressionnants, de jour cette fois-ci.

descente du Mont-Fuji

Mais ça a vraiment duré longtemps (moins que pour monter mais ça paraissait long), et c’était toujours la même chose. On descendait longtemps vers la droite, puis vers la gauche…etc.

Mais le PIRE c’est qu’on marchait sur de la roche volcanique, pleins de petits cailloux les uns sur les autres et c’était terriblement glissant.
Alors il faut trouver la technique. Nous on se tenait la main, alors quand un était déséquilibré l’autre le rattrapait, mais on s’est fait de nombreuses frayeurs où on manquait de peu la chute. C’était assez drôle tout de même ! Notamment de voir presque tout le monde passer et tomber (vraiment presque tout le monde tombait…).
Mais à force c’est fatigant et assez ennuyant. Du coup on s’est mis à courir main dans la main…Pas évident là aussi, on a eu de la chance !
(Dayshi a quand même trouvé le moyen de tomber à la fin, quand on avait quitté cet endroit glissant ahah).

+ : On a rencontré d’autres Français durant la descente, dont un monsieur qui faisait l’ascension du Mont Fuji pour la 4ème fois !

FINI : Arrivée à la 5ème station:

On est finalement arrivé à 9h30 en bas. On a donc mis 3h30 à descendre.

On retrouve nos amis français du bus. On s’assoit avec eux par terre là où tout le monde s’assoit.
Notre bus est à 11h, on a donc le temps.
On reste un peu pour se reposer, moi je pars rapidement aller prendre des photos plus loin en face où on a une vue magnifique sur les montagnes.

depuis la 5ème station du Mont Fuji
depuis la 5ème station du Mont Fuji

 

Après on fait quelques magasins et on se balade sur la 5ème station.

On prend finalement et enfin notre bus à 11h. Dès que Dayshi s’assoit, il s’endort, moi j’envoie quelques textos pour rassurer tout le monde que ça c’est bien passé, et, au dernier texto, j’abandonne et m’endors également.
On n’a pas ouvert l’œil des 2h30 de bus. Ma petite déception étant donné que je voulais voir le Mont Fuji depuis l’extérieur et prendre des photos. (J’ai pu un peu le voir avant de m’endormir). Mais bon la prochaine fois qu’on ira, on profitera de sa beauté depuis plus loin !

repas pour reprendre des force au retour du Mont-Fuji
repas pour reprendre des forces au retour du Mont Fuji

 

 

On arrive à Shinjuku vers les 13h, et on se précipite à aller manger copieusement dans un restaurant.

Après l’effort, le réconfort ! 

 

 

 

 

 

L’ascension du Mont Fuji était une de mes plus belles expériences, un de mes plus beaux souvenirs du Japon. Je vous conseille de tout mon cœur de le faire, pour ceux qui ont la santé et qui se sentent de le faire, n’hésitez pas une seconde.

Sinon il y a le lac Kawaguchi-ko, le parc d’attraction et de nombreuses choses à faire autour du Mont-Fuji pour pouvoir l’admirer ! Nos prochaines destinations.

 

N’hésitez-pas à me raconter vos expériences si vous aussi vous l’avez fait !
J’espère que j’aurai pu donner envie aux autres 🙂

Laisser un commentaire