A la pêche aux huîtres sauvages !

On connaît tous les huîtres, ces mollusques qui ont un drôle d’aspect et surtout qui se mangent vivants et donc crus.
Peu ragoûtant vous me direz, pourtant les Français en raffolent, c’est un mets d’excellence qu’on retrouve sur tout le pays, qui est assez onéreux et donc se mange surtout pour les fêtes. Pur de préférence tellement le goût de l’huître est précieux et aimé, vous pouvez toujours l’agrémenter d’un zeste de citron ou d’une sauce au vinaigre et à l’échalote.

Pourtant il y a tout de même beaucoup de gens qui n’aiment pas, le goût ou l’aspect. Ça dégoûte bien souvent.
Je faisais un peu partie de ces gens-là. Trois huîtres maximum pour les fêtes, et encore ce n’était pas un grand plaisir. Ce n’est pas que je n’aimais pas mais je n’en mangerais pas par moi-même.
Mais ça c’était AVANT d’aller:

à la pêche aux huîtres !

Et oui même si notre région d’Aquitaine nous offre de nombreuses huîtres, c’est souvent dans des ports ostréicoles qu’on en trouve. Vous pouvez tout de même pêcher des sauvages mais il ne faut pas s’approcher à moins de 25 mètres des ports et c’est assez rare ou tout simplement moins répondu qu’en Bretagne où nous sommes allés en novembre. Renseignez-vous tout de même si vous êtes sur la côte Ouest de la France car il y a des réglementations et des endroits pour pêcher l’huître sauvage propre à chaque région tel qu’en Charente Maritime. Il faut également faire attention de ne pas pêcher d’huîtres qui se trouvent dans une zone polluée.

Mais le mieux sera tout de même de les pêcher directement en Bretagne ! Qui est connu pour sa pêche aux coquillages en général.

Je me suis donc retrouvée au Nord-Ouest de la France à aller voir une amie (merci encore Lulu) avec une autre amie (Juju 😀 ) et, enthousiaste que nous sommes, on nous avait parlé de la pêche aux moules alors on attendait que ça !

Malheureusement ce n’était pas le bon moment pour la pêche aux moules et nous sommes donc partis pour … la PÊCHE AUX HUÎTRES

 

C’était quand même une drôle et super expérience dont j’ai envie de vous parler. Alors

 

 voilà notre aventure :

Avec Juliette alias Juju avec qui je suis allée voir Lucie alias Lulu, native de cette région.
C’était magnifique et mis à part les retrouvailles, les morceaux de guitare au coucher de soleil près de l’océan, nous avions décidé de partir à la pêche aux huîtres sauvages !
Déjà il faut savoir que tout se calcule avec les marées. Il faut regarder les horaires ainsi que les prévisions d’huîtres. Des applications (tel que Marée.info) existent pour calculer les coefficients en direct. Le minimum serait 90 et l’idéal est 110.

Le meilleur jour choisit, il faut partir très tôt pour arriver avant que l’eau remonte et avant que tous les gens (vos concurrents haha) arrivent. On a eu de la chance de partir au bon moment car à la fin de notre pêche, il y avait vraiment 3 fois plus de monde.
Nous sommes donc arrivés où la pro de la pêche aux huîtres nous a amené : Oui oui une pro, Lulu allait à la pêche aux moules et aux huîtres depuis petite et il faut savoir qu’aucun habitant (de cette partie) de la Bretagne du moins n’achète d’huîtres. C’est ce que ses parents nous expliquaient, en général s’ils en veulent pour les fêtes, ils vont en chercher un peu avant et le tour est joué !

Mais attention, pour éviter les abus, la pêche intensive et les trafics qu’il y a pu avoir il y a des règles très strictes :

  • On a un nombre limité d’huîtres par personne.
  • On ne doit pas prendre les petites pour leur laisser le temps de grossir, donc une taille avec des dimensions est réglementée. Renseignez-vous selon la région où vous avez décidé de pêcher.
  • Il y a des contrôles fréquents pour parer à cela donc si vous vous faites contrôler et que vous n’avez pas respecté les conditions imposées, vous pouvez recevoir des peines plus ou moins sévères.
  • C’est très important car avant cela, de nombreux véhicules venant d’autres régions venaient prendre les huîtres pour les revendre avant les fêtes.
  • La pêche aux huîtres est pour une consommation personnelle et non commerciale.

 

L’équipement :

L’équipement et particulièrement les outils pour la pêche font également partis de la réglementation. Nous nous avons utilisé une pioche et avions un seau chacune pour mettre nos trouvailles dedans. Nous nous baladions comme ça avec des grosses bottes, vieux vêtements, k-Way etc (ok y en a ils avaient quand même la classe, avec ciré et tout, ce n’était pas le cas pour tout le monde …haha… voir les photos plus bas…).

 

Sur le sol de la mer :

Ce qui m’a surpris c’est que je ne m’attendais pas du tout à cela ! Je pensais qu’on allait devoir escalader des gros rochers et chercher des huîtres qui se cacheraient dans des recoins etc.

Huîtres sauvages Pas du tout, on arrive sur la plage, on avance un peu pour se retrouver sur le « sol de la mer » qui s’est à ce moment-là retirée, et là, c’était un CHAMPS D’HUÎTRES.

Je vous assure en fait les huîtres étaient absolument partout il y avait même des endroits où on devait presque marcher dessus (elles sont solides) car elles recouvraient réellement tout le sol.

Pourtant ce n’était pas si facile que ça car elles étaient bien souvent petites. Du coup malgré qu’il y ait des huîtres partout, il fallait chercher uniquement les grosses. Et c’était très compliqué et très frustrant ! Le nombre d’huîtres qu’on souhaitait récupérer mais que Lucie nous disait « non trop petite » et qu’on reposait avec déception car on en avait toujours trouvé AUCUNE haha.

nos seaux pêche aux huîtres
ok nous ils sont pas ultra remplis….

Finalement on en a eu quelques-unes, on a bien cherché, on a été fière, c’était vraiment sympa et intéressant.

Si vous avez l’occasion de partir avec quelqu’un qui s’y connaît c’est un plus parce qu’évidemment il va connaître les endroits, les consignes etc.

Il faut bien suivre les prévisions et surtout faire attention à remonter avec la mer car de nombreuses personnes (surtout des touristes qui ne s’y connaissent pas trop) se sont fait piéger et ont trouvé la mort de cette façon. Évitez également d’y aller la nuit car il faut pouvoir voir la montée de l’eau. C’est même interdit d’y aller à ce moment.

 

Manger une huître fraichement pêchée :

Si comme nous sans faire exprès vous abîmez votre huître en essayant de la décoller de son rocher, profitez de l’occasion pour la déguster sur le moment, comme ça pure.

Je remercie encore Lucie pour nous avoir fait vivre ça et pour m’avoir fait goûter ma première huître de Bretagne fraîchement pêché par ses soins sur le moment. (Je te remercie moins de l’avoir fait tremper dans la vase sous mes yeux pour la laver haha mais c’était bon quand même).

Et je vous assure que maintenant, j’aime les huîtres ! :

 

A table ! :

Les laver :

Bien les rincer à l’eau douce. Vous pouvez frotter avec une brosse.

Ouvrir ses huîtres :

S’assurer que l’huître est fraîche et bonne : Attention qu’elle soit bien fermée et donc bien vivante. Il faut qu’elle ait une bonne odeur semblable à celle de la mer.

Tenez bien l’huître droite dans votre main. Dans une serviette ou avec un gant si vous avez peur de vous couper. Essayez de trouver la séparation entre les deux coquilles et placez-y votre couteau solide. Essayez de trouver le bon endroit et de sentir le relâchement de l’huître. Vous pouvez donner des petits coups vers le haut ou le bas pour séparer la coquille.

Pour qu’elles ne perdent pas leurs saveurs, placez-les sur un lit d’algues, pas de glaçon. Et ne les rincez pas pour ne pas perdre le « jus » de l’intérieur.

Il ne reste plus qu’à les manger avec un verre de vin blanc… Pure c’est mieux enfin moi j’ai vraiment apprécié, sinon ajoutez du citron ou même sur du pain au beurre (j’ai moins aimé mais certains préfèrent !).

 

Merci encore Lucie, et bonne pêche !

 

Plus de photos :

 

Laisser un commentaire